Je ne dis pas qu'il n'y a pas de bouleversements climatiques, ni de réchauffement planétaire.
Je pense juste qu'il faut savoir faire la part des choses, et arrêter d'idéaliser le passé ("Moi, de mon temps, il faisait froid l'hiver, et beau et chaud l'été" ... mon cul...).

Trouvé sur un site traitant de météo:

Janvier 1945
est aussi froid que celui de l'année 1942 mais la neige est généralement beaucoup plus abondante .L'épaisseur atteint 25 à 40 cm dans lest, 15 à 25 cm sur le reste de la moitié nord et dans le centre . A Paris, une couche de 10 à 20 cm est mesurée pendant près de 3 semaines  ;les températures descendent de nouveau très bas avec par exemple à 21° à Vichy et Clermont Ferrand, -18° à Lille, -16° à Alençon, -13° à Paris, -12° à Angoulême, -9° à Montélimar, -6° à Toulon et 2° à Nice.


La neige à Paris, en face le Ponts des Arts


Février
est au contraire très doux  à Paris, c'est le mois de février le plus doux après celui de 1926 et 1937.


Du 19 au 24 mars, le temps est même chaud . On relève 23°5 à Paris et 21° à Brest. C'est déjà l'été près de la méditerranée.


La chaleur devient exceptionnelle du 16 au 20 avril avec 32° à Perpignan, 31° à Mont de Marsan, 30° au Mans, 29° à Angoulême, 29° à Toulouse et 28° à Paris et Rouen. Seule la vague de chaleur du mois d'avril 1934 a été plus forte.


Une semaine plus tard, cette vague de chaleur est suivie d'une chute spectaculaire de la température.  La neige apparaît dans la journée du 30 avril et tient au sol dans l'extrême nord – du 1er au 3 mai : la situation météo devient tout à fait étonnante  le 1er mai
(soit, à une semaine de la signature de l?armistice) il neige sur presque tout le pays, jusqu?'à Brest, Bordeaux, Pau ou Montélimar ; la couche de neige est parfois épaisse puisque l'on mesure 10cm en banlieue parisienne et 6cm dans Paris – après un début de printemps chaud, la végétation en avance est très affectée par les fortes gelées . Les feuilles des arbres tombent sur certaines régions ,les pommes de terre, les fraisiers et les haricots gèlent ; la température descend à -6° vers Gap, -3° au Mans, Orléans, Alençon et Mont-de-Marsan, -2° à Montélimar, -1° à Pau, Chartes, Rouen, Lille et Nantes, 0° à Brest et 4° à Nice.

Alors la prochaine, fois, on réfléchit deux secondes avant de sortir un affreux "c'était mieux avant".